MEYNARD A ISTANBUL – CHEZ RIFF ART PROJECTS

Exposition du Papillon Fractal de Meynard à la Galerie Riff Art Projects – Istanbul – jusqu’au 9 Juin 2012

Steven Riff et Jean-Claude Meynard à Istanbul
Galerie Riff Art Projects – Istanbul
Du 11 mai au 9 juin/ Du 11 Mayis au 9 Haziran
 » L’infini au Carré » de Meynard et le Papillon Fractal à deux battement d’ailes…

Une oeuvre d’Andrej Pirrwitz… et le Papillon Fractal tout proche

Le Papillon Fractal ( pièce de gauche : Le « Scribe » de Meynard)

Steven Riff devant le Papillon

 
Le Papillon Fractal 
Architecture fractale sous plexiglas (280 cm x 230 cm x 30 cm – 2000)
Le Papillon Fractal de Meynard est un auto-portrait travaillé à la manière d’un « effet papillon » c’est-à- dire infiniment démultiplié et se métamorphosant au fur et à mesure de son expansion. En tant qu’auto-portrait, c’est une interrogation sur l’identité, entre la permanence et le fluctuant, l’appartenance et l’échappée.
Extrait d’une interview de Jean-Claude Meynard par Henri-François Debailleux (français, anglais) avec l’aimable autorisation des Editions Fragments – éditeur du livre  » Meynard« 

Henri-François Debailleux
Vous évoquez la figure du portrait. Il s’agit en fait toujours d’autoportraits. Pourquoi ce thème, que vous avez certes traité de différentes manières est-il récurrent dans votre œuvre ?
You mention the figure of the portrait. In fact, these are always self-portraits. What is the reason for this recurring theme, treated in different ways, in your work?

Jean-Claude Meynard
Si j’ai plutôt choisi l’autoportrait que le portrait, c’est tout simplement parce que l’autoportrait est
quotidiennement à ma disposition.
If I have mostly chosen the self-portrait over portraits of others, it is simply because it is the one that I have always had most readily available to me on a daily basis.

Henri-François Debailleux
Comme chacun peut se voir au moins une fois par jour dans son miroir. Ce qui n’est d’ailleurs pas un vrai portrait mais la représentation que l’on veut bien voir de soi, de la même manière qu’une photographie n’est qu’un cliché, un instantané.
Indeed everyone can see himself at least once a day in the mirror. Yet it is not a real portrait, but rather the voluntary vision of the representation that one would like to have of oneself, in the same way that a photo-graph is but an image, a snapshot.

Jean-Claude Meynard
En effet, cela dit, dans mon travail, l’autoportrait n’a de sens que comme forme emblématique des portraits de chacun. Avec cette forme, cette matrice, je propose la figure la plus communicante : en la voyant, on l’identifie immédiatement comme une tête. En fait cela produit un effet miroir. Je pars de ce code basique, ce portrait-matrice, pour ensuite le démultiplier et créer ainsi par prolifération une nouvelle figure.

This said, in my work, however, the self-portrait makes no sense except as an emblematic form of everyone’s portraits. With this form, this matrix, I propose the figure that communicates the best: in seeing it, one immediately identifies a head, in fact, it’s a mirror effect. I start off with this basic code, this matrix-portrait and then multiply it over and over again, thus creating a new figure through proliferation.

Henri-François Debailleux
En prenant cette forme, vous incitez le spectateur à faire le même chemin que vous, c’est-à-dire à découvrir, augmenter et enrichir sa cartographie initiale. C’est la même chose que le passage d’une simple fiche d’identité, binaire, avec date et lieu de naissance, à une perception de plus en plus complexe de la personne caractérisée par d’autres éléments, son groupe sanguin, ses idées, ses joies, ses peurs…
By taking this form, you encourage the spectator to follow your path, that is, to discover, augment, and enrich his initial cartography. It is the same thing as the transition from a simple identity card or birth certificate, a binary entity with the date and place of birth, to a more and more complex perception of the person characterized by other attributes, his blod type, his ideas, his joys, his fears…

Jean-Claude Meynard
Oui, à partir de la géométrie que je propose, le spectateur est emmené dans un monde de plus en plus personnel, intime, profond. à tous les niveaux de conscience (regard, mémoire, imaginaire,…), il procède à sa propre identification.
Yes, from the geometry that I propose, the spectator is led into a more and more personal, intimate and profound world. At each level of consciousness (observation, memory, imagination…), he proceeds further to his own identification.
 
« (…) En prenant cette forme, vous incitez le spectateur à faire le même chemin que vous, c’est-à-dire à découvrir, augmenter et enrichir sa cartographie initiale. C’est la même chose que le passage d’une simple fiche d’identité, binaire, avec date et lieu de naissance, à une perception de plus en plus complexe de la personne caractérisée par d’autres éléments… »
Galerie Riff Art Projects
Galerie Riff Art Projects
Paris-Istanbul
Yazicizade Residance
Firuzağa Mh.
Defterdar Yokuşu No: 1
Beyoğlu / Istanbul, Turkey
Steven Riff et Jérôme Menasché
Posted Yesterday by 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s