Jean-Claude Meynard, portraits, oeuvres, et compagnies

Jean-Claude Meynard – Inauguration de la sculpture fractale « World » par Marc Daunis  à Valbonne Sophia-Antipolis – 31 mai 2012

Meynard -

Meynard – 2012 – Exposition Istanbul – Chez Riff Art Projets – Interview

Meynard - Istanbul - 2012 - Interview

Meynard – Exposition Istanbul – 2012 – Interview

Meynard - Exposition Fractale à Istanbul chez Riff Arts Projects - 2012 - Interview sur Bateau sur le Bosphore -

Meynard – Exposition Fractale à Istanbul chez Riff Arts Projects – 2012 – Interview sur Bateau sur le Bosphore –

Meynard - photo du film " La World" -

Meynard – photo du film  » La World » – Décembre 2012

Meynard interviewé par Janny Plessis-Lumeau, directrice de la revue  » Sophia Mag/Métropole Mag » – juin 2012

Jean-Claude Meynard aux Sablettes - Seyne-sur-Mer - Tournage du film sur la Sculpture "World"

Meynard aux Sablettes – Seyne-sur-Mer – Tournage du film sur la Sculpture « World » – Novembre 2012

Inauguration de la sculpture « World Champagne » de Jean-Claude Meynard au domaine de Champagne Joël Michel à Brasles, Aisne, France – 30 septembre 2011 – En hommage à Joël Michel en présence de sa fille, Claire Michèle, de Jacques Kabral, député-maire de Château-Thierry, et du professeur Christian Cabrol.

Inauguration de la sculpture de Jean-Claude Meynard "World Champagne" réalisée en hommage à Joël Michel - champagne Joël Michel - 10 Septembre 2011 à Brasles, Aisne, France. De gauche à droite : Claire Michel, François de Villandry, le professeur Christian Cabrol, Jean-Claude Meynard, et Jacques Kabral sénateur-Maire de Château-Thierry

Inauguration de la sculpture de Jean-Claude Meynard « World Champagne » réalisée en hommage à Joël Michel – champagne Joël Michel – 30 Septembre 2011 à Brasles dans l’Aisne. De gauche à droite : Claire Michel, François de Villandry, le professeur Christian Cabrol, Jean-Claude Meynard, et Jacques Kabral député-maire de Château-Thierry.

Sculpture « World Champagne » de Meynard – les Champagnes Joël Michel – 30 septembre 2011

Jéroboam titré « Jean-Claude Meynard » et sabré par l’artiste pour l’inauguration de sa sculpture « World Champagne » – en hommage à Joël Michel – 30 septembre 2011, Brasles.

Sabrage du Jéroboam « Jean-Claude Meynard » par Meynard lui-même. Inauguration de la sculpture  » World Champagne » – Champagne Joël Michel

Meynard et le professeur Cabrol – Inauguration de la sculpture  « World Champagne » dans les domaines de champagne Joël Michel – à Brasles, Aisne, France.

La sculpture fractale de Meynard « World Champagne » à Brasles – En hommage à Joël Michel

Vision fractale des bulles de champagne, la nuit ! En hommage à Joël Michel –

Jean-Claude Meynard, Michel Lepolard, et la « World Champagne » – 30 septembre 2011 – Un hommage nocturne à Joël Michel.

Meynard et sa sculpture World Champagne - Septembre 2011

Jean-Claude Meynard et sa sculpture fractale World Champagne – Septembre 2011

Jean-claude Meynard - Réalisation de la World Champagne - Septembre 2011

Jean-Claude Meynard au coeur d’une bulle de sa sculpture « World Champagne » – Brasles – Aisne – Octobre 2011

Jean-Claude Meynard, le lendemain de l’inauguration de sa sculpture « World Champagne »… songeur!  Domaine de champagne Joël Michel à Brasles – 1 octobre 2011.
Pour visualiser le film sur l’inauguration cliquer sur la photo.

Asphalte - oeuvre de JC Meynard - Atelier Paris -

Asphalte – oeuvre de JC Meynard – Atelier Paris –

Meynard – « Transparences Fractales » – installation à la Villa Tamaris, la Seyne-sur-Mer, Var, France – 10 Septembre 2010

Meynard devant ses « Transparences Fractales » – série des Babels – Villa Tamaris – Septembre/ Octobre 2010 – Exposition :  » Babel, Géométrie des Enigmes « 

Meynard en interview – Exposition à la Villa Tamaris – Septembre 2010

Meynard devant une toile de Jacques Poli – Retrospective Jacques Poli en mai / Juin 2012 à la Villa Tamaris

Atelier de Meynard à Valbonne Sophia Antipolis, Alpes-Maritimes Atelier de Meynard - Sud

Atelier de Meynard à Valbonne Sophia Antipolis, Alpes-Maritimes – Photo José Tauzia

Meynard et André Campana. A l’arrière-plan la toile de Meynard le  » FLIPPER « … mythique! Invisible durant 30 ans, prêtée par André Campana pour l’exposition de Meynard à Tamaris en septembre 2010.

Meynard et le peintre Joël Stein vus par Philippe Vermes pendant l’exposition  » Les Infinis » à la galerie Lavignes-Bastille, Paris, avril 2001

Jean-Claude Meynard et Miguel Chevalier - Exposition collective chez Lelia Mordoch - Mars 2014

Jean-Claude Meynard et Miguel Chevalier – Exposition collective chez Lelia Mordoch – Mars 2014

 .

Vernissage de Jean-Claude Meynard chez Lelia Mordoch – Interview pour NewsArtToday.Tv – 11 avril 2014

Vernissage de Jean-Claude Meynard - de gauche à droite : Olivier Vanuxem, Henry-François Debailleux, Alain Lamaignère, Gilles Bastianelli, Samantha Sellem, Bertrand Boucquey, Emilie Boiteau.

Vernissage Jean-Claude Meynard à la Galerie Lelia Mordoch, Paris – 11 avril 2014 – La Compagnie des Amis : de gauche à droite : Olivier Vanuxem, Henry-François Debailleux, Alain Lamaignère, Gilles Bastianelli, Samantha Sellem, Bertrand Boucquey, Emilie Boiteau.

André Brahic, Isabelle Grenier, Joëlle Freyre, Jean-Claude Meynard, vernissage xposition chez Lelia Mordoch - Avril 2014

André Brahic, Isabelle Grenier, Joëlle Freyre, Jean-Claude Meynard, vernissage xposition chez Lelia Mordoch – Avril 2014

Pascal Lansberg et Jean-Claude Meynard - Vernissage Meynard chez Lelia Mordoch - Avril 2014

Pascal Lansberg et Jean-Claude Meynard – Vernissage Meynard chez Lelia Mordoch – Avril 2014

Sonia Rubinsky et jean-Claude Meynard chez Lelia Mordoch - Avril 2014

Sonia Rubinsky et Jean-Claude Meynard chez Lelia Mordoch – Avril 2014 – Vernissage Jean-Claude Meynard

André Brahic, Patrick Bondoux, Paul Charbit, Jean-Claude Meynard - Valbonne 2014

André Brahic, Patrick Bondoux, Paul Charbit, Jean-Claude Meynard – Valbonne 2014

Peter Klasen, Mohamed Araba, Jean-Claude Meynard - Valbonne 2014

Peter Klasen, Mohamed Araba, Jean-Claude Meynard – Valbonne 2014

Meynard - Nov 2014 - Miami

Meynard – Nov 2014 – Miami

Meynard - Novembre 2014 - Miami

Meynard – Novembre 2014 – Miami

Publicités

Le Baiser de Jean-Claude Meynard – Histoire d’un tableau

Mis en avant

Le Baiser - Peinture de Jean-Claude Meynard -  Acrylique sur toile -  96x160 cm - Série " Corps et Graphiques" - 1983

Le Baiser – Peinture de Jean-Claude Meynard – Acrylique sur toile – 96×160 cm – Série « Corps et Graphiques »- 1983

La toile « Le Baiser «  de Jean-Claude Meynard exprime la fusion de deux corps dans une pose amoureuse. Les contours des corps sont figurés comme des lignes de lumière.

« Le Baiser » a  été utilisé comme couverture du roman  » Julius Terman, Portrait vers 1992″ de  Elisabeth Préault paru en 1992 aux éditions Balland.

Article sur Elisabeth Préault

Article sur le livre « Julius Terman, Portrait vers 1992  » de Elisabeth Préault- Jeudi 23 avril 1992

Julius Terman, roman d'Elisabeth Préault,

« Julius Terman, Portrait vers 1992 », roman d’Elisabeth Préault, article de Pascal Ziegel, 1992

Couverture Julius Terman copie

Autre fusion de la peinture avec l’écriture, le roman Julius Terman décrit le rapport fusionnel entre un peintre, Julius Terman, son modèle, et son art.

HISTORIQUE DE LA TOILE « LE BAISER » 
Cette oeuvre appartient à la série  » Corps et Graphiques « .

C’est à partir des années 80, que Meynard se dégage de toute narration, de tout arrière-plan, et utilise la seule lumière pour figurer les présences humaines.

Dans cette série, les êtres, les contours des corps, sont peints comme des rayonnements, des tracés, des lignes luminescentes, les corps sont des impressions lumineuses, des persistances rétiniennes…. La lumière crée l’individualité de la forme. Meynard poursuivra ce travail sur les corps lumineux jusqu’à la série du Radeau des Muses

Texte de Giovanni Lista

« Dans la série « Corps et Graphiques  » Jean-Claude Meynard se libère de toute anecdote résiduelle, de toute accidentalité narrative, dans des toiles où de simples détails anthropomorphes d’un corps en action, parfois accompagnés de tracés linéaires tendus à l’extrême, traduisent le déploiement de l’énergie dans l’espace.

La scène picturale elle-même, se situant sur un fond assombri et en dehors de toute dimension perspective, s’affirme à la manière de certaines images de l’écran électronique dont elle a l’immatérialité fictive et le caractère tout à la fois labile et péremptoire.

Les formes, peintes avec des effets semblables à l’aura luminescente du néon, ne vivent que dans une apparition fugace et diaphane. Chaque ligne s’étend suivie ou contrée par des halos lumineux et des sillages de couleurs. La gamme chromatique est artificielle, acide et criarde, mais ses dégradations et ses intensifications matérialisent les transmutations fusionnelles de l’énergie comme lumière. Le sujet de la peinture n’est rien d’autre que l’éclat même de l’être. »

La série « Corps et Graphiques  » comptent une vingtaine de peintures, deux sont devenues emblématiques :   « Le Baiser » et « Le Portrait de Marcel Duchamp ».

Le Portrait de Marcel Duchamp

Portrait de Marcel Duchamp par Jean-Claude Meynard - peinture acrylique sur toile - 1981 - 100x73 cm

Jean-Claude Meynard – Portrait de Marcel Duchamp – peinture acrylique sur toile – 1981 – 100×73 cm

« Le Portrait de Marcel Duchamp  » a longtemps été classé dans la série sur le jeu, Jean-Claude Meynard ayant représenté Duchamp dans la pose du Joueur d’échecs, ce que Duchamp était – aussi. C’est depuis peu que cette toile a rejoint sa série, pour ainsi dire, naturelle, sur le travail de la lumière… Marcel Duchamp est bien une forme peinte comme une aura luminescente.

Autres toiles de la Série « Corps et Graphiques »

Jean-Claude Meynard "Comète", peinture acrylique sur toile 1983 89x160 cm  -

Jean-Claude Meynard « Comète », peinture acrylique sur toile – 1983 –  89×160 cm

Jean-Claude Meynard - "Le Saut ", peinture acrylique sur toile - 1982 - 89x130 cm

Jean-Claude Meynard – « Le Saut « , peinture acrylique sur toile – 1982 – 89×130 cm

Jean-Claude Meynard - "Chaloupé", peinture acrylique sur toile - 1983 - 89x116 cm

Jean-Claude Meynard – Chaloupé », peinture acrylique sur toile – 1983 – 89×116 cm

Atalante - Jean Claude Meynard - peinture acrylique sur toile - 1982 - 146x89  cm

Atalante – Jean Claude Meynard – peinture acrylique sur toile – 1982 – 146×89 cm

Transe... en danse - Jean-Claude Meynard - peinture acrylique sur toile- 1983 - 130X195 cm

Transe… en danse – Jean-Claude Meynard – peinture acrylique sur toile – 1983 – 130X195 cm

Contre-pied - Jean-Claude Meynard - peinture acrylique sur toile- 1983 - 146x89 cm

Contre-pied – Jean-Claude Meynard – peinture acrylique sur toile- 1983 – 146×89 cm

Meynard à Valbonne Sophia Antipolis – Exposition  » Demeures Fractales  » 2013

Meynard à Valbonne Sophia Antipolis

Exposition  » Demeures Fractales » de Jean-Claude Meynard à Valbonne Sophia Antipolis

Nature et Culture... une même arborescence fractale!

Photo Elisabeth Préault – Bannière Jean-Claude MEYNARD – Nature et Culture… une même arborescence fractale!

Jean-Claude Meynard Article Nice Matin

Jean-Claude Meynard Article de presse Nice Matin

P1040531 72 DPI

Jean-Claude Meynard devant un de ses bus fractal – Exposition « Demeures Fractales  » – 2013 – Photo Elisabeth Préault

Meynard Exposition - Montage de la facade de la "Demeure Fractale"  - 2013

Jean-Claude Meynard  – Exposition   » Demeures Fractales  » – Montage de la facade de la  Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis  – 2013

Jean-Claude Meynard  - Exposition  " Demeures Fractales " - Facade de la  Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis  - 2013

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Facade de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis – 2013

P1150752 72

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Facade de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis – 2013

Jean-Claude Meynard - Montage des voilures de l'installation " Demeures Fractales "  à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis - 2013

Jean-Claude Meynard – Montage des voilures de l’installation  » Demeures Fractales  » à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis – 2013

Jean-Claude Meynard - Montage des voilures de l'installation " Demeures Fractales "  à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis - 2013

Jean-Claude Meynard – Montage des voilures de l’installation  » Demeures Fractales  » à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis – 2013

Jean-Claude Meynard - Montage des voilures de l'installation " Demeures Fractales "  à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis - 2013

Jean-Claude Meynard – Montage des voilures de l’installation  » Demeures Fractales  » à la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis – 2013

Jean-Claude Meynard  - Exposition  " Demeures Fractales " -  Intérieure de la  Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis  transformée en Demeure Fractale - 2013

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Intérieure de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis transformée en Demeure Fractale – 2013

accrochage6 72

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Intérieure de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis transformée en Demeure Fractale – 2013

P1050134 72

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Intérieure de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis transformée en Demeure Fractale – 2013

Jean-Claude Meynard  - Exposition  " Demeures Fractales " -  Intérieure de la  Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis  transformée en Demeure Fractale - 2013

Jean-Claude Meynard – Exposition  » Demeures Fractales  » – Intérieure de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis transformée en Demeure Fractale – 2013

accrochage2 72

Jean-Claude Meynard – « Demeures Fractales  » – Intérieure de la Médiathèque de Valbonne Sophia Antipolis transformée en Demeure Fractale – 2013

 

Flipper de Jean-Claude Meynard – Histoire d’un tableau

Le Flipper - Tableau hyperréaliste de Meynard - 1974  - Collection privée

Flipper – Tableau hyperréaliste de Meynard – peinture sur toile – 1974 – Collection privée

Flipper de Meynard – la période hyperréaliste

Au tout début de son parcours d’artiste peintre, dans les années 1970, Meynard aborde déjà  la complexité du réel mais par sa figuration la plus exhaustive : l’hyperréalisme

Cependant, ses toiles de l’époque qui représentent des mythologies urbaines, scènes de rue, bar, flipper, moto, ne sont pas des constats «photographiques» mais un travail pictural consistant à représenter le réel avec une surabondance d’éléments visuels telle que notre perception s’en trouve à la fois comblée et surprise.

Comme l’écrira Gilles Plazy, « (…) Chez Meynard, toute image, même la plus apparemment réaliste, est un fantasme. C’est dans la ligne du pop-art que Meynard a d’abord montré sa virtuosité de dessinateur. Il fallait le voir peindre une moto, les innombrables bouteilles derrière le comptoir du bistrot, ou en quatre tableaux reconstituer le paysage d’une rue de la Butte Montmartre en une vue panoramique.. La précision dite photographique en peinture nous trouble et jadis déjà le trompe l’oeil créait un fascinant malaise. Peut-être est-ce qu’il y a quelque chose de maniaque dans l’extrême précision, une façon de remplir le tableau de détails pour que s’y perde le regard, et sans doute aussi un désir un peu fou de ne rien laisser échapper d’une réalité qu’on ne peut  pourtant représenter que dans la mesure où on s’en retire. »

En fait Meynard ne reproduit pas le réel, il organise et orchestre « un effet de réalité ». Dans ses toiles, la composition est dépourvue de hiérarchie et de centre focal. Les détails les plus infimes sont figurés au même niveau de réalité et le près et le loin ont la même focale. Le regard du spectateur peut alors saisir au même instant, l’ensemble et le détail, le macro et le micro, le premier et le dernier plan : une vision plus vraie que nature, une vision fausse. Et c’est à travers cette vision-là, ce prisme du « faux vrai » que  Meynard nous dévoile la société des années 70 – la société de consommation, toute en images et spectacles – où l’homme devient image lui aussi, ni plus vivant, ni plus réel que toutes les autres pièces du puzzle avec lesquelles il partage le même degré d’existence pu d’inexistence.

Toutes les toiles hyperréalistes de Meynard renvoient ainsi l’homme à sa surface.

 Brasserie - Toile hyperréaliste de Meynard - 1974

Brasserie – Meynard – 1974 –  » Avec l’hyperréalisme de Meynard,  l’homme devient image, aussi rutilant que son comptoir… ni plus vivant, ni plus réel qu’un objet. » – Collection privée. U.S.A.

Basket - Toile Hyperréaliste de Meynard - 1975

Basket – Jean Claude Meynard – 1975 – collection privée U.S.A

La Motocyclette de Meynard  - Peinture hyperréaliste sur toile 89x130cm

La Motocyclette de Meynard – Peinture hyperréaliste sur toile 89x130cm – 1973 – Collection privée.

La Motocyclette de Meynard  - Lithographie intitulée " Mars"

La Motocyclette de Meynard – Lithographie intitulée  » Mars »  – 1975

"Hyper Street" de Meynard - 1974/1975  - Tabeau hyperréaliste de 7 mètres de longueur - en quadryptique.

« Hyper Street » de Meynard – 1974/1975 – Tabeau hyperréaliste de 7 mètres de longueur – en quadryptique. Collection privée.

"Hyper Street" de Meynard - 1974/1975  - Tabeau hyperréaliste de 7 mètres de longueur - en quadryptique.

« Hyper Street » de Meynard – 1974/1975

"Hyper Street" de Meynard - 1974/1975  - Tabeau hyperréaliste de 7 mètres de longueur - en quadryptique.

« Hyper Street » de Meynard –

Hyper Street - Meynard - Partie droite du quadryptique

Hyper Street – Meynard – Partie droite du quadryptique – 1

Hyper Street  - 2

Hyper Street – 2

Hyper Street 3

Hyper Street – 3

Hyper Street 4

Hyper Street 4

 Lamborghini - Tableau hyperréaliste de Meynard - peinture sur toile - Collection privée

« Lamborghini » – Jean Claude Meynard – peinture sur toile – 1976 – Collection privée Tunisie.

" Métropolitain"  - Meynard - Tableau hyperréaliste  - peinture sur toile

 » Métropolitain » – Jean Claude Meynard – Peinture sur toile – 1974

Meynard – 1974 – 2000 – De l’hyperréalisme au Fractal – Mise en échos  

Depuis 35 ans, Meynard, qui explore la complexité du réel, a créé des univers picturaux de factures très différentes pourtant, lorsque l’on rapproche ses univers d’époques éloignées, des Echos se font jour comme autant de répliques d’un séisme primitif que l’on imagine fondateur de l’acte de peindre.

Ce processus a été mis en évidence lors de l’exposition « Babel, la Géométrie des Enigmes », au Centre d’Art – Villa Tamaris (Var, France) en 2010.

Par la volonté du directeur du Villa, Robert Bonaccorsi, l’exposition, regroupant 35 années de création, avait été organisée en mêlant les grands cycles de Meynard dont : l’Hyperréalisme et la Dimension Fractale de l’Homme… donnant ainsi à voir l’extrême cohérence de l’œuvre.

« Meynard a toujours travaillé sur la forme, de l’hyper réalité à la géométrie fractale, il a tracé les figures de la complexité et de l’homme, et montrer qu’une forme était toujours en devenir, en transformation et renouvellement, c’est pourquoi ses re-créations de la Villa Tamaris ont été possibles et fulgurantes parce déjà en germes dans son parcours. » Extrait du livre «  Babel, la Géomérie des Enigmes »

Jean-Claude Meynard - " Hyper-Street "(Peinture sur toile de 7 mètres de longueur ) 1974  sur une "Rue fractale" 2010 (Sérigraphie numérique sur p.v.c) Cette installation a été présentée au Centre d'Art Villa Tamaris en 2010

Meynard –  » Hyper-Street « 1974, la toile « Hyperstreet  » est positionnée sur la  « Rue fractale » de Meynard réalisée en 2010 (Sérigraphie numérique sur p.v.c)
Cette installation a été présentée au Centre d’Art Villa Tamaris en 2010.

Jean-Claude Meynard - "Echo" 2005 (Architecture fractale) - Brasserie" 1975 (Acrylique sur toile)

Jean-Claude Meynard – « Echo » 2005 (Architecture fractale) – Brasserie » 1975 (Acrylique sur toile)

Meynard - "Maison Fractale" 2004 (Architecture numérique) - " Le Métropolitain" 1974 (Acrylique sur toile)

Meynard – « Maison Fractale » 2004 (Architecture numérique) –  » Le Métropolitain » 1974 (Acrylique sur toile)

Notice Biographique.

En 1981, Meynard reprendra la figuration du Flipper dans sa série  » Shizophrénie « … où il travaillera sur le thème du double -Exposition N.Y.

Exposition Jean-Claude Meynard à N.Y. 1981

Affiche de l’exposition Jean-Claude Meynard à Zoma Gallery N.Y.  Février/ Mars 1981

300 SL PAPILLON – Jean-Claude Meynard – Installation chez Mercedes Benz – France

LA 300 SL ET L’EFFET PAPILLON DE MEYNARD

Depuis longtemps Jean-Claude Meynard travaille sur des réalisations créatrices d’univers aléatoires, à l’image des réseaux planétaires : l’interaction constante entre le « un » et le « tout », le décalage des points de vue, les changements de dimensions, d’espaces et de perceptions, sans oublier toutes les perturbations et incidents qui peuvent advenir et engendrer de multiples conséquences, phénomène connu sous le nom « d’effet Papillon ».

« Je cherche à montrer comment des circonstances particulières appelées « hasard », c’est à dire l’aléatoire inhérent au vivant, peuvent modifier la forme d’un tout par un système de conséquences infinies. »*

Pour le Mercedes Art Center, Meynard crée une scénographie qui met en parallèle son oeuvre fractale sur « l’effet Papillon » avec l’évolution dans le temps de l’emblématique voiture 300 SL portes papillon pour le lancement du nouveau roadster Classe SL. Suspendu dans l’espace, « Morpho », le papillon fractal de Meynard domine l’ensemble tandis que, au sol, ses œuvres fractales reprennent sur le même thème des impressions de volumes et de profondeurs labyrinthiques.   * Extrait d’une interview avec Henri-François Debailleux pour le livre « Meynard ».

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard et la 300 SL – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard et la 300 SL – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

Jean-Claude Meynard – Installation fractale chez Mercedes Benz – Rueil-Malmaison, Ile-de-France, Avril/Mai/Juin 2006

 

Partager:

WordPress:

Soyez le premier à aimer ceci.

Poster un commentaire

Manifeste Fractaliste – historique

Manifeste Fractaliste

HISTORIQUE

La première parution du Manifeste Fractaliste eut lieu le 23 Novembre 1997 sur le site Nart  – Galerie en ligne. Par ailleurs Nart exposa sur le Web des oeuvres d’artistes fractalistes internationaux et organisa en direct une vente aux enchères de ces artistes sur ce même site.

LIBERATION- 21 Novembre 1997

Agenda. Art fractal aux cyber-enchères.

La galerie en ligne Nart, qui s’était fait connaître avec la première vente aux enchères virtuelle en février, remet ça dimanche à Drouot et sur le Net, sous le marteau de Me Binoche, avec des oeuvres de «fractalistes». Le tout est retransmis en direct et en images sur le web de Nart, où sont exposées les artistes. Les fractalistes s’appuient sur les développements de la géométrie fractale et de la théorie du chaos. La perspective euclidienne est dépassée au profit d’une multiplicité de points de vue, d’un enchevêtrement de réseaux.
TECHNIKART – Archives
L’art (enfin ?) sur le Net
  • Un site tente une expérience passionnante sur les réseaux. Vous vous souvenez peut-être de ces deux acheteurs de la première œuvre virtuelle (une adresse Internet) de l’artiste Fred Forest mise aux enchères par Me Binoche au mois d’octobre 1996 (voir Technikart n°10). Les deux acheteurs, les bien réels Antoine Beaussant et Bruno Chabannes, ont décidé, après l’acquisition de Parcelle/Réseau, c’est son nom, de créer un site Internet, Nart, prouvant ainsi que leur attachement au réseau ne se résumait pas à un coup de pub. Nart se veut à la fois une galerie d’art, une salle de ventes aux enchères et un lieu d’accueil pour tous ceux qui œuvrent dans les métiers de l’art. Les tentatives d’intrusion sur l’Internet par des artistes ou des galeries ne sont certes pas récentes même si, paradoxalement, ce médium est globalement rejeté par le milieu. Il est en effet intéressant de savoir que la diffusion d’œuvres d’art dans une galerie virtuelle bien référencée offre un potentiel chiffré en millions de visiteurs. Les efforts de Nart pour devenir ce lieu incontournable n’en sont que plus louables. Connaissant l’impact médiatique d’une foire comme la FIAC, Beaussant et Chabannes ont décidé de frapper un grand coup.
  • Mis en branle à l’occasion de la dernière édition de la foire parisienne, la première étape consiste en une présentation du jeune mouvement des Fractalistes. Ce « nouveau mouvement artistique », placé sous la houlette du critique d’art de Libération Henri-François Debailleux et de l’écrivain Susan Cordé, est composé de onze artistes (Edward Berko, Miguel Chevalier, Pascal Dombis, Carlos Ginzburg, Cesar Henao, Jim Long, Steven Marc, Jean-Claude Meynard, Joseph Nechvatal, Yvan Rebij et Pierre Zacrate)  propose une nouvelle vision du monde en puisant son inspiration dans des théories qui rendent compte d’une nouvelle organisation de la nature. Des fractales de Benoît Mandelbrot à la théorie des catastrophes de Thom, des structures dissipatives de Prigogine à la théorie du chaos, les Fractalistes puisent leur inspiration aux confins de la science et de l’art. Leur propre vision du monde est présentée sur le site de Nart, œuvres et manifeste à l’appui pour comprendre le tout.
  • La deuxième étape de l’opération consiste en l’inauguration au mois de novembre de deux expositions dans deux lieux réels à Paris : les galeries Mabel Semmler et Yves Bugel.
  • Dernière étape, enfin, le 23 novembre avec l’entrée en scène de Me Binoche pour une vente aux enchères à Drouot des œuvres des Fractalistes relayée sur Nart pour ceux qui souhaitent acheter sans se déplacer
  • La parution « papier » du Manifeste Fractaliste : Revue Art Presse (numéro 229) en novembre 1997.
  • LE MANIFESTE FRACTALISTE 
    • EDOUARD BERKO – MIGUEL CHEVALIER – PASCAL DOMBIS CARLOS GINSBURG – CESAR HENAO – JIM LONG – STEVEN MARC – JEAN-CLAUDE MEYNARD – JOSEPH NECHVATAL – YVAN REBYJ – PIERRE ZARCATE
    • 1- C’est en fonction de propositions communes que nous nous regroupons. Ce collectif affirme avec ses œuvres le paradigme de la complexité chaotique-fractale.

      2 – La problématique d’Art et Complexité est d’abord et avant tout une organisation visuelle, le potentiel à une construction sans limite, dans un processus sans fin.

      3 – Notre activité fractaliste se manifeste au travers d’univers où abondent les formes aléatoires et proliférantes.

      4 – Nous abandonnons la rationalité euclidienne au profit de processus imprévus et non programmés.

      5 – La vision labyrinthique et son parcours aléatoire se proposent de reconstruire l’imaginaire et d’ouvrir une perspective nouvelle.

      6 – Dans la spirale ordre-désordre, l’œuvre est l’émergence éphémère d’une hybridation : un passage.

      7 – L’activité fractaliste, de la peinture aux nouvelles technologies, cristallise un champ où se matérialisent : réseaux, jeux d’échelles, prolifération, autosimilarité, hybridation, récursivité, structures dissipatives, « effet papillon », attracteurs étranges, infinitisation.

      8 – Toutes nos œuvres son maximalistes; c’est par l’excès d’informations que l’on accède au vertige fractal.

      9 – Le paradigme de la complexité chaotique-fractale constitue la dynamique privilégiée de la recherche contemporaine, des pratiques et du savoir.

      10 – Aujourd’hui, nous nous engageons dans un renouveau radical du modèle de la création.

      Groupe « Les Fractalistes – Art et Complexité »

       

 

WordPress:

Soyez le premier à aimer ceci.

Poster un commentaire

Jean-Claude Meynard et Joël Stein… géométries en duo.

Jean-Claude Meynard et Joël Stein vus par Philippe Vermes

Jean-Claude Meynard et Joël Stein – Deux géométries exposées en 2001  à la galerie Lavignes Bastille. Photo Philippe Vermes.

 Article H.F.Debailleux sur Jean-Claude Meynard et Joël Stein

L’INFINI MIS EN ABÎME

4 avril 2001 à 00:23

Par DEBAILLEUX HENRI-FRANÇOIS

L’infini, c’est un peu comme Rome: plusieurs chemins peuvent y mener. Et au moins deux, comme le met très bien en perspective cette exposition qui confronte les démarches de Joël Stein (né en 1926) et de Jean-Claude Meynard (né en 1951).

Au rez-de-chaussée de la galerie, une sélection d’oeuvres datées de 1960 à 1981 rappelle le parcours de Joël Stein, qui fut l’un des fondateurs (aux côtés de François Morellet notamment) du Grav (Groupe de recherche d’art visuel, créé en 1960, à Paris, et dissous en 1968). Elles s’amusent d’Accélération optique (titre d’une pièce), de compositions avec des trames, des labyrinthes, des trièdres… pour mettre en place des jeux visuels et des perspectives infinies.

Au premier étage, les oeuvres de Jean-Claude Meynard introduisent, elles, à une autre géométrie, non euclidienne celle-là, puisqu’il s’agit de la géométrie fractale. Celle avec laquelle Meynard (pilier du Mouvement fractal, créé en 1994) travaille depuis plus de dix ans, comme le rappelle en introduction la toile Cristaux (de 1991), suivie de quelques autres de différentes séries et surtout les toutes récentes. On y retrouve le travail sur la complexité, la mise en abîme, l’autosimilarité, les jeux d’échelle, le réseau qui anime la recherche de l’artiste, mais encore plus poussé qu’auparavant. Réalisées en impression numérique sous Plexiglas et en relief, elles saturent l’espace d’excès visuels (de signes, de lignes, de formes) et d’arborescences, pour évoquer l’effet papillon, qui, de fil en aiguille et de la chrysalide à la lumière, se cristallise lui-même en papillon et ainsi de suite. Spirales sans fin pour ouvrir de nouvelles perspectives et de nouveaux infinis, des plus petits aux plus grands et vice versa.

Galerie Lavignes-Bastille. 27, rue de Charonne, 75011.

 Jean-Claude Meynard et Joël Stein - Joël Stein et Jean-Claude Meynard - Le Grav, le Fractal... deux géométries en duo - Photo de Philippe Vermes

Jean-Claude Meynard et Joël Stein, Joël Stein et Jean-Claude Meynard – Le Grav, le Fractal… deux géométries en duo exposées en 2001 à la galerie Lavignes-Bastille – Photo Philippe Vermes